Histoire et Patrimoine Chapellois

Présidé par Mme PHILIBERT Michèle

Tél : 03.86.29.12.46

Site internet : http://www.histoire-patrimoinechapellois.fr

 


Inauguration de l’électrification des cloches et de l’horloge 2018

                Le 19 mai 2018, à 17 heures, l’association HPC ainsi que M. le Maire ont inauguré l’électrification des cloches de l’église St André.

            Notre association s’était investie dans ce projet afin de les remettre en marche car depuis plusieurs années elles ne résonnaient plus du fait que les pigeons s’étaient introduits dans le clocher. Après un gros nettoyage et une fermeture de toutes les ouvertures accessibles aux pigeons, l’installation d’une horloge électronique radio pilotée a pu être installée par la Société CHOMEL, sise à Chemilly (03210) le 23 avril 2018.

            Une invitation avait été déposée dans chaque boîte aux lettres des Chapellois ainsi qu’adressée aux donateurs extérieurs. Les Chapellois ont répondu nombreux à notre appel pour assister à cette manifestation.

            En cette fin d’après midi, sous un soleil radieux, les Chapellois ont pu découvrir l’exposition de photos de l’ancien mécanisme de l’horloge fabriqué par Valentin MILOT en 1911, de la rétrospective de sa vie, du lourd poids en pierre qu’il fallait remonter à la force des bras à l’aide d’une manivelle, et des deux cloches « Jules-Marie » et « Remond-Louise ». En effet, on vénère les cloches au point même de les baptiser et de leur donner un nom de parrain et marraine et leurs noms sont gravés dans le métal. La petite cloche a pour parrain M. Remond RAPEAU (grand-père maternel de M. Michel Beauvais) et pour marraine Melle Louise GOBY. La grosse cloche pour parrain M. L’abbé Jules Charrier et pour marraine Melle Marie COUROT.

            Elles ont été baptisées le 21 septembre 1890 et bénites par M. L’abbé MARIELLIER, vicaire général à Nevers.

            Les cloches ont enfin retenti à 17 h, c’est sûr. On peut être fier que de nouveau les cloches de notre village se remettent à sonner de 7 H à 22 H après ces années de silence. Elles sont des messagères car elles sont liées à la vie du village lors de cérémonies tant civiles que religieuses, de fêtes, avertissent des joies et des peines de chacun.

            La présidente, par son discours, a pu remercier toute l’équipe d’HPC, les adhérents et les généreux donateurs qui ont soutenu ce projet depuis 2015 ainsi que la mairie par l’attribution d’une subvention.

            Ensuite M. Georges Marchand, président des « amis du Vieux Varzy », a pris la parole pour évoquer Valentin MILOT, natif de Varzy, né en 1865, horloger célèbre et talentueux aux multiples compétences, esprit avide d’éclectisme et d’innovations techniques, inventif, curieux, touche à tout de génie, féru de mécanique. Ses talents d’horloger l’ont mené à concevoir des boîtes de tir forain à automates. Il possédait une connaissance rigoureuse du corps et de sa « mécanique » puisqu’il a exercé aussi en tant que masseur-rebouteux ce qui lui a valu des poursuites pour exercice illégal de la médecine (il a obtenu gain de cause). Il s’était également spécialisé dans l’horlogerie monumentale auprès des églises, divers édifices et châteaux.

            Le Maire a terminé en insistant sur le rôle fondamental des associations et de celles et ceux qui les animent.

            Un pot de l’amitié et une dégustation de petits fours ont clos cette soirée qui a permis aux Chapellois et Chapelloises de se retrouver dans une atmosphère très conviviale.

 


PASSERELLE SUR LE SAUZAY 2018

Sur la route de Menou, notre jolie rivière du Sauzay qui traverse le village est agrémentée de passerelles qui permettent de relier les jardins. Le jardin botanique derrière l’école étant abandonné, HPC envisage de le faire revivre. C’est pourquoi l’idée nous est venue en priorité de refaire la passerelle qui enjambe le Sauzay et qui mène à ce jardin. Elle était en très mauvais état et dangereuse pour le passage des piétons. Le Maire ayant accepté le principe et après décision du conseil municipal, nous sommes allés chercher les matériaux pour la remise en état complète, c’est à dire 2 poutres en chêne massif de section 15 et des planches en sapin de 4,5 cm d’épaisseur. Tout cela a été lasurer avec soin.

Le 6 avril 2018, l’ancienne passerelle fût démontée et les 2 nouvelles poutres en chêne furent posées à l’aide de sangles et à la force des bras par Lionel, Patrick et Geoffrey. Ensuite les planches ont été fixées sur les poutres.

Le 20 juin 2018, après avoir été repeinte, la rambarde en fer a été posée et Geoffrey, l’agent communal, qui avait pour cette occasion enfilé des waders pour se mettre à l’eau, a pu la fixer à l’aide de tire-fonds.

Une fois le travail terminé, nous avons baptisé cette belle passerelle rénovée avec un excellent vin de Quincy que nous avons bien apprécié. Ce fût notre récompense par cette chaude journée et l’association est fière de ce travail accompli.

 


Concert de musique classique et jazz avec le groupe NUANCE du 25 juin 2017
Exposition du peintre Edgar JENE du 25 juin au 2 juillet 2017
à la chapelle de Corbelin

L’association HPC a voulu rendre hommage au peintre Chapellois d’adoption Edgar JENE qui a connu la notoriété en France, en Allemagne, en Autriche et qui, dès 1929, a fait l’objet de nombreuses expositions dans les capitales du monde. Ce peintre né à Sarrebruck en 1904 a découvert le surréalisme à la fin des années 20 à Paris, par les écrits d’André Breton « le pape du surréalisme ».

Nous souhaitions le faire découvrir ou le faire redécouvrir aux habitants car l’objectif de l’association est entre autre de retracer notre histoire locale. Ce peintre a aimé notre village et a voulu y vivre et y finir sa vie. Il a quitté Paris pour retrouver calme et sérénité dans ce moulin Demeulaine de 1965 à 1984, qu’il aimait tant. Il repose avec sa femme Erica au cimetière de la chapelle st André.

A 15 H, un concert a été donné gratuitement avec la possibilité pour les spectateurs de participer généreusement, cela dans le but de collecter des fonds qui serviront à l’électrification de l’horloge de notre église.

Ce concert a eu beaucoup de succès et a été très applaudi grâce aux 3 musiciens plein de verve et de talent au répertoire très varié, allant du classique au jazz (Vivaldi, Mozart, Monti, Massenet, Reinhardt, Galliano, etc..) et quelques œuvres jouées à l’accordéon qui en ont surpris plus d’un.

Il a été suivi par le vernissage de l’exposition où était présent M. le Maire. Un buffet avait été préparé par l’association et la mairie et servi à l’extérieur de la chapelle sous un soleil radieux.

L’exposition a dévoilé une partie des œuvres de ce peintre surréaliste qui ont été faites d’après des reproductions et 3 originaux prêtés pour l’occasion dont deux par la mairie. Elle a retracé son œuvre des années 20 aux années 70.

L’exposition sera renouvelée lors des journées du patrimoine les 16 et 17 septembre 2017 toujours à la chapelle de Corbelin.

cc1

cc2

cc3

cc4

cc5

cc6


Balade du 11 mars 2017 dans la forêt de Malcôte à la recherche des derniers vestiges des charbonniers.

Avec comme guide, M. Guy Chartier, 83 ans, habitant Entrains sur Nohain qui a vécu aux Berthes avec ses parents Raymond, agriculteur et débardeur, et Anna dans une maison qu’ils avaient louée à M. Gaston Guiltat en 1944.
Nous nous sommes rendus aux Grands Bois, à sa cabane de chasse. Nous nous sommes dirigés ensuite vers Galoury où nous avons eu la surprise de voir la mare bien pleine contrairement à notre dernière visite.
M. Chartier qui a une connaissance parfaite de la forêt, nous a emmenés dans la forêt de Malcôte où se trouvent les fours à charbon de bois. On en a trouvé plusieurs plus ou moins en bon état, assez dispersés. Ces fours étaient constitués de 3 parties : une partie basse qui avait 4 poignées et des trous d’aération disposant d’un bouchon, une autre partie qui s’emboîtait dessus et enfin le couvercle. Les poignées servaient à les transporter.
Au cours du XXème siècle, ces fours ont remplacé les meules, puis ont été abandonnés dans les années 50 remplacés par d’autres sources d’énergie. Ces fours appartenaient à Gaston Guiltat. Les charbonniers travaillaient à la tâche puis transportaient le charbon de bois à l’aide d’une charrette tirée par un cheval jusqu’à la gare de Corvol.
M. Chartier a connu Félix Lurier et Henri Marchand comme charbonniers.

photos-1

photos-2

photos-3