Avenir de la Jeunesse Chapelloise

Présidé par Mr DENEAUX Alain

(Bibliothèque et Théâtre)

2019

COURSE CYCLISTE SAMEDI 27 JUILLET 2019


2018

SALON DU LIVRE

            Le festival du livre de La Chapelle-Saint-André reste un incontournable pour les amoureux du livre, et ceux qui, faute de ne pouvoir soigner leurs maux dans un département en perdition médicale, trouvent dans l’écriture le moyen de soigner leurs âmes.

            La culture, si chère à Alain Deneaux, organisateur du salon du livre, doit rayonner dans les petits villages et c’est pourquoi il est déjà sur la préparation du dixième festival pour l’an prochain. Un enthousiasme qui ne le quitte pas parce que, dit-il, « les livres étaient très chers quand j’étais petit, alors aujourd’hui que l’accès est possible au plus grand nombre, je veux en faire profiter petits et grands ».

            En ouvrant le festival aux auteurs locaux d’univers très différents, il permet de découvrir des mondes extraordinaires, de se plonger dans des réalités lointaines, d’être au cœur d’enquêtes policières, de rêver en poésie, de s’imaginer autre.

Des univers très différents

            Avec Hervé Barreau, c’est le monde de la pédagogie que l’on parcourt, une méthode innovante autour des citations pour apprendre en réfléchissant à ses actes. Avec Marie-Antoinette, c’est la cause des enfants différents, orphelins, qui se révèle être la force des liens de l’humanité. Et pour parfaire cette quête de l’abolition des différences, son livre, Confiance aveugle, a été édité en braille. L’univers du roman policier était aussi représenté avec les livres de Jean-Claude Sartelet. Ancien flic à la brigade financière, il écrit comme il parle, avec son parler “voyou “. Des enquêtes plus vraies que la réalité dont il s’inspire.

            L’univers du roman policier était aussi représenté avec Michel Benoit, auteur du célèbre commissaire Merle. Un commissaire que l’on découvrira plus en profondeur dans le tout prochain roman, Les Iris rouges, prévu pour septembre. Un roman d’un seul tenant, une seule histoire pour mieux raconter les personnages, les liens qui les animent et les font vivre, pour être encore plus près de l’humain au-delà des crimes et mesquineries qui font tourner son petit monde.

Parler de son expérience

            Ce monde pas si « joli joli » que Laurent Briand, poète, se prête à parodier dans ses textes de chansons et poèmes.

            Un monde humaniste habite Françoise Henault-Guerrand. De son expérience d’infirmière psychiatrique elle a su mettre en mots des situations délicates, faire éclater le volcan de tout ce qu’il avait à cracher des maux de ses patients. Des mots doux, des mots qui riment pour apaiser la douleur des maux de tête. Cette force de volonté c’est aussi celle de Dolorès Trompat, Espagnole d’origine, qui a appris le français toute seule et pour qui vouloir c’est pouvoir. Elle démontre dans ses écrits comment, de sa souffrance, elle en a fait une force.

            Cet outil qu’est l’écriture, Bernard Morot-Gaudry le tient, lui aussi, à côté de ceux qu’il manie avec dextérité pour sculpter son univers : « C’est le même métier. On cisèle, on améliore, on travaille, on retravaille ».

            Jipe Vieren avec Si on causait vélo, parle de sa passion pour la bicyclette avec les mots du cycliste.

Du fantastique et de l’amour

            Le monde de l’écriture ne serait pas complet si l’on n’évoquait pas les univers dystopiques, fantastiques de Denis Lereffait et Alain Blondelon. « Sous prétexte de la science-fiction, on peut aborder des thèmes polémiques, décrire la nature humaine plus vraie qu’elle ne l’est en réalité », expliquent les auteurs.

            On peut même la transposer jusque dans l’inconscient, faire vivre les rêves prémonitoires avec Sylvie Lévy. Et pourquoi pas même faire revivre le passé. Ce passé si insouciant à la fin des trente glorieuses dans nos campagnes pour Serge Camaille qui, avec son prochain roman, Le paysan sans vache, s’attache à faire revivre la libération des mœurs.

            Et que serait la littérature si elle ne permettait pas de vivre les plus belles histoires d’amour ? Un Roméo et Juliette revu par Didier Callot où les histoires entraînent les deux héros, un jeune paysan berrichon et une Gitane, à travers moult aventures pour la quête éperdue de l’autre.


LA COMPAGNIE DU SAUZAY

         La Salle des Fêtes de La chapelle-Saint-André s’est transformée en Théâtre pendant un samedi soir du mois de décembre.

         Comme chaque année, depuis 5 ans, la contribution laissée à la générosité, aux possibilités de chacun, est reversée au Téléthon. L’an dernier, la compagnie du Sauzay avait récolté 860 € pour lutter contre les maladies rares. Cette année, elle a reversé 1 040 € !!!! La recherche a besoin de nous, confie Maryse JOUAN de la Compagnie du Sauzay.

         La compagnie du Sauzay remercie toutes les personnes présentes lors de la représentation théâtrale organisée pour AFM TELETHON.


2017

ajc

La compagnie du Sauzay est en cours de préparation de trois pièces de théâtre pour la fin de l’année 2017


Le samedi 15 avril et le dimanche 16 Avril 2017 s’est déroulé le Salon du Livre